Calendrier

Journée thématique 2017 N.2

A lieu le 10.11.2017

Inscription jusqu'au 27.10.2017

Plus de détails...

> Inscription >

> Archives >


Gazette

Gazette de l'ARRAD 2017 n°22

Télécharger

Posté le 02.08.2017

> Archives >



Les actualités de l'ARRAD

10
Oct

Traces de Ruthénium-106 mesurées dans l’air en Suisse méridionale et en Europe

LIENS

Posté le 10.10.2017

02
Oct

Journée thématique 2017 N.2

Le 10.11.2017

Thématique : "Démantèlement des installations nucléaires et radiologiques : défis et enjeux pour la radioprotection"

Date : vendredi 10 novembre 2017
Lieu : Auditoire Charlotte Olivier, BH08-511, CHUV, 1011 Lausanne

Veuillez notez qu’exceptionnellement, l’ARRAD propose à ses membres de s’inscrire gratuitement à cette journée. L’inscription reste toutefois obligatoire pour participer à la journée et devra se faire avant le 27.10.2017. Si vous ne souhaitez pas prendre le repas en commun, merci d’envoyer un mail à secretariat@arrad.ch pour le signaler. Merci !

Programme


Inscription jusqu'au 27.10.2017

> Inscription >

Posté le 02.10.2017

11
Sep

6ème journées scientifiques francophones

Thématique : Codes de calcul en radioprotection, radiophysique et dosimétrie 
Dates et lieu : 1er et 02 février 2018 à Sochaux

Informations

Posté le 11.09.2017

14
Août

Incident lors d'un transport de matières radioactives sur un vol Le Caire-Bruxelles via Zurich (juillet 2017)

Lien ofsp

Posté le 14.08.2017

02
Août

Gazette de l'ARRAD 2017 n°22

Télécharger

Posté le 02.08.2017

06
Juin

Recommandations de l'RRAD concernant l’exposition aux rayons X en imagerie médicale

Télécharger

Posté le 06.06.2017

24
Mars

Assemblée générale de l'ARRAD

Le 30.06.2017

Nous vous invitons à prendre part à la conférence de l'ARRAD qui aura lieu le vendredi 30 juin 2017 à 13h30 à l'auditoire BH08 2 - Auguste Tissot au CHUV à Lausanne, qui aura pour thème « L’entrée en vigueur de la nouvelle Ordonnance sur la Radioprotection : quels changements et quels défis ? » présentée par Sébastien Baechler, responsable de la division radioprotection à l’OFSP.

L'assemblée générale de l'ARRAD aura lieu à 14h45, à l'issue de cette conférence.

ODJ
Présentation



Posté le 24.03.2017

31
Jan

Gazette de l'ARRAD 2017 n°21

Télécharger

Posté le 31.01.2017

01
Déc

Journée thématique 2017

Le 02.02.2017


"Exposition aux rayons X en imagerie médicale : quels défis ? "

Lieu : AULA
HEPIA -  Haute École du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève
Rue de la Prairie 4
Genève

flyer

Exposition aux rayons X en imagerie médicale : quels défis pour les autorités ?
Sébastien Baechler

Le défis de la radioprotection au quotidien

Pascal Bachmann

Le défis au quoidien de la radioprotection en MN
Sophie Namy

Augmentation du nombre d'examens CT. Est-elle justifiée
Sabine Schmidt

Outils et défis en radioprotection. L'oeil du physicien médical
Nick Ryckx

Qui est exposé et à quels niveaux en médecine nucléaire ?
M. Wissmeyer

Bilan des expositions du personnel et du patient en imagerie. Qui est exposé et à quels niveaux?
Marta Sans Merce

Paediatric Radiology : Which are the challenges?

Dr Maria del Rosario Perez

Les effets de rayons X administrés à faibles doses. Existe-t-il vraiment un risque en imagerie médicale?
Pr François Bochud




Posté le 01.12.2016

21
Oct

L’eau potable protégée contre une contamination radioactive

Les processus existants en protection d’urgence suffisent à protéger convenablement l’eau potable en cas d’évènement extrême dans une centrale nucléaire en Suisse. Ceci ressort des différentes analyses réalisées sur la base de demandes du Parlement et de services de traitement de l’eau potable ainsi que dans le cadre du plan d’action Fukushima de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

Lors d’un évènement extrême dans une centrale nucléaire suisse, des substances radioactives peuvent parvenir dans l’eau potable via les eaux souterraines, l’Aar ou le Rhin. Différentes mesures de protection doivent empêcher une telle contamination. Le traitement de l’eau potable doit par exemple être préventivement interrompu en aval.

Vérifications supplémentaires terminées

Après l’accident nucléaire de Fukushimal’IFSN a identifié le thème des grandes quantités d’eaux radioactives pouvant résulter d’une défaillance dans une centrale nucléaire comme un des points à contrôler. « Nous avons donc vérifié les processus et mesures existants en protection d’urgence, en collaboration avec les partenaires de ce domaine, quant à leur efficacité pour la protection de l’eau potable », explique Rosa Sardella, chef du domaine spécialisé « radioprotection » de l’IFSN.

Services impliqués

  • Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN)
  • Office fédéral de protection de la population (OFPP)
  • Office fédéral de l’environnement (OFEV)
  • Office fédéral de la santé publique (OFSP)
  • Canton d’Argovie
  • Canton de Bâle-Campagne
  • Canton de Bâle-Ville
  • Canton de Berne
  • Canton de Fribourg
  • Canton de Neuchâtel
  • Canton de Soleure
  • Canton de Vaud
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’IFSN était arrivée en 2013 à la conclusion que les règles juridiques ainsi que les processus et mesures existants de la protection d’urgence sont appropriés en vue de protéger l’être humain et l’environnement en cas de rejet incontrôlé de substances radioactives dans les eaux souterraines et les cours d’eau. Pour quelques points isolés, une nécessité de vérification a cependant été constatée. Ces points ont été regroupés en quatre paquets de travaux qui ont pu désormais être traités.

L’eau souterraine mieux protégée en Suisse qu’à Fukushima

Rosa Sardella résume le résultat des vérifications du paquet de travaux 1 : « Même en cas d’évènement extrême avec fusion du cœur, il n’y aura aucune contamination d’importance des eaux souterraines et des cours d’eau lors de défaillances de dimensionnement. » La robustesse des bâtiments des réacteurs et les mesures de protection d’urgence appropriées l’empêchent efficacement.

A Fukushima, l’eau souterraine pénètre en permanence dans le bâtiment de réacteur et génère une grande production d’eau radioactive contaminée. Cette situation n’est pas transposable aux centrales nucléaires suisses en raison de la localisation de l’eau potable sur les sites et de la robustesse des bâtiments des réacteurs. L’IFSN considère donc que d’autres mesures préventives en vue de la rétention et du traitement de l’eau radioactive contaminée ne sont pas appropriées.

L’IFSN adapte le seuil pour le devoir de notification et élabore des règles de base

Par ailleurs, l’IFSN a établi, en collaboration avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Centrale nationale d’alarme (CENAL), les critères radiologiques pour la mise en alerte et les mesures immédiates si des substances radioactives devaient parvenir dans l’Aar ou le Rhin. « Comme résultat de cette vérification, nous avons abaissé le seuil du devoir de notification concernant des rejets planifiés de tritium afin que la Suisse puisse remplir dans sa totalité son engagement dans le cadre du service d’avertissement du Rhin », explique Rosa Sardella. La version révisée de la directive IFSN-B03 « Notifications des installations nucléaires » entrera probablement en vigueur au début de l’année 2017.

Par ailleurs, l’IFSN a élaboré des règles de base. Celles-ci permettent d’estimer les concentrations d’activité et durées d’écoulement après un accident dans une centrale nucléaire avec un rejet de substances radioactives dans l’Aar, respectivement le Rhin. « Grâce à ces règles de base, nous pouvons encore mieux conseiller la CENAL pour ordonner des mesures de protection appropriées », ajoute Rosa Sardella.

Amélioration des voies de notification

Les voies de notification ont été vérifiées sous la direction de l’OFPP dans le cadre du paquet de travaux 2. Il s’est alors avéré que les processus établis suffisent dans une large mesure. Certains déroulements de processus doivent cependant être complétés, respectivement optimisés. L’OFPP prévoit de vérifier lors du premier trimestre 2017, à l’aide d’un exercice de mise en alerte, les processus de mise en alerte et voies de notification lors d’un rejet de substances radioactives dans des cours d’eau. Par la suite, des exercices de mise en alerte périodiques sont prévus.

Réseau de mesure complémentaire pour surveiller la radioactivité dans les rivières

Dans le cadre du paquet de travaux 4, l’OFSP a vérifié les programmes de surveillance de l’environnement existants en collaboration avec l’IFSN. Comme résultat, il a mis en service des sondes de mesure supplémentaires pour la surveillance automatique de la radioactivité dans l’eau de rivière (URAnet aqua). Les sondes de mesure se situent à Radelfingen, Hagneck, Aarau, Laufenburg et Bâle. Suite à une phase de test, le réseau de mesure est opérationnel depuis novembre 2015. Les données sont consultables en ligne.
 



Posté le 21.10.2016

Copyright © 2012 ARRAD